close
    

La passion du génie humain dans l’urbanisme

Autant certains aiment sublimer la nature, autant Michel est passionné par le génie humain dans l’urbanisme.
Le façonnage par l’homme de ces ensembles à construire lorsqu’il s’agit de répondre aux besoins d’une communauté d’êtres humains amenés à vivre ensemble, c’est cela que Michel aime saisir. Ce qui va faire que, d’une friche, d’un lieu insignifiant au départ, une communauté vivante va jaillir. Cette manière unique et subtile de faire émerger la vie dans un univers entièrement construit par l’homme et qui n’était rien au départ.
La question est de faire que cette communauté ait plaisir à vivre dans cet ensemble, qu’elle crée des liens, qu’elle vive en harmonie, et ce n’est pas acquis : combien de villes nouvelles n’ont pas atteint cet objectif, et n’ont pas cet esprit… Pourquoi à Paris, certains quartiers avec leurs cafés, restaurants, boutiques, ont constitué des endroits conviviaux et heureux, que leurs habitants ne quitteraient pour rien au monde, alors que tant de villes nouvelles, avec leurs zones pavillonnaires, leurs centres commerciaux, construits avec pourtant une logique irréfutable, ne fonctionnent pas.

Réussir cet urbanisme, au sens d’y faire émerger une vie joyeuse, n’est jamais gagné, aussi réfléchie, pensée et logique qu’en ait été la conception.

Au-delà de cette réflexion, qu’est-ce qui fait d’un urbanisme un succès ?

La matière, bien sûr, est essentielle : le bois, le verre, la pierre, le béton, des matières qui d’emblée vont créer le lien, leur porosité, leur épaisseur, leur nature même, tout comme à l’inverse certaines matières nous laisseront indifférents, voire créerons une distance ; l’agencement des différentes briques ; l’organisation globale, le fait de créer un ensemble…et la magie, l’âme, l’intelligence, le vivant, qui en émergeront et qui sont le propre de l’art, du génie humain. Car c’est le génie humain qui fera la différence !

L’homme s’épanouit naturellement dans les endroits qui ont une âme, il investit les lieux, comme une matière organique. Dans ces espaces entièrement conçus par les hommes, leur réaction ne trompe pas : ces espaces sont réussis, fluides, ils permettent la circulation de l’énergie, ils élèvent leurs habitants, leur cœur et leur âme, les rendent plus vivants. Ou à l’inverse, ils sont vides de sens, amenuisent leur énergie, font obstruction au vivant.  
Spectateur fasciné par un urbanisme bien pensé et à même de permettre la vie et la joie, Michel cherche à en capter la trace du génie humain. Photographier ce qui dans l’urbanisme crée le vivant, apporte une âme, est sa quête.

Comme il le dit lui-même, la photographie se nourrit d’un objet. Elle ne part pas de « rien », comme en peinture, en sculpture ou d’autres arts. Elle est une expression ou même une création, à partir d’un objet qui existe au préalable.
Féru d’arts et de lettres, avide de techniques photographiques qu’il manie comme autant de langages, Michel voit les lieux à travers un prisme graphique. Son esprit toujours en alerte saisit toute ligne, tout angle, toute situation. D’un coup d’œil, il sait ce qu’il veut montrer d’un bâtiment, d’une construction, d’un ensemble. Il veut faire émerger le travail de l’homme dans la cité, cette magie qui opère quand l’urbanisme devient un art, au travers de lignes qui en soulignent l’harmonie et la beauté.

Vif, curieux, il se place en spectateur et observateur admiratif du vivant dans l’urbanisme, puis le transmet, transformé de son propre regard. Ses photographies, dynamiques, esthétiques et lumineuses, traduisent de l’urbanisme ce que l’homme a voulu y créer de plus subtil.

Catherine Chavigny


Bio
Michel Blossier est un photographe et réalisateur de documentaires français. Il vit à Paris.
Plongé dans la photographie depuis son enfance, Michel termine à peine ses études qu’il entre en tant que photographe au quotidien national France Soir en 1991, où il aborde des sujets liés à la politique nationale, l’environnement, les transports. Il intègre l’agence Gamma quelques moins plus tard, il couvrira la chute de l’URSS, les opérations militaires au Tchad, la montée du Sida en Centrafrique. 
Il collabore ensuite à diverses publications, France Soir, Time Magazine, L’Ecran Fantastique… , avant d’aborder l’écriture et l’édition. Il sera rédacteur en chef du Journal de la Vidéo et d'autres supports pendant de nombreuses années.
L’image reste sa passion première. En 2012, Michel remet en question une voie toute tracée et arrête une carrière établie dans l’édition pour se lancer en tant que photographe indépendant.
Photographe de l’urbanisme, auquel il se consacre entièrement, sa passion et sa spécialité, Michel s’autorise aussi à photographier tout ce qui l’inspire, l’intrigue, l’étonne, l’amuse, notamment  au cours de ses voyages, Népal, Balkans, Indonésie… et dans la vie quotidienne, avec toute la vivacité et la curiosité qui le caractérisent.
Son parcours, sa vivacité, sa curiosité du monde, son ouverture, son admiration pour le génie humain et le sensible, nourrissent son goût du vivant et font de lui un photographe urbain ancré dans la modernité de son siècle.

Contactez Michel Blossier pour vos travaux et publications dans le domaine de l’Architecture, du voyage et de l’Humain. 


Photo – Vidéo HD – Pré-Presse – Web documentaire

Tel : + 336 30379602michel.blossier@free.fr

www.michelblossier.foliodrop.com

Twitter : @blossier

Instagram :@michelblossier

Siren 490 174 307

Maison des Artistes B896862

All images are protected by copyright.
Reproducing or distributing an image or part of an image in any form or manner is illegal.